Skip to main content

Connaître les Archives Ouvertes: Quelques repères

Les institutions sont de plus en plus nombreuses à se doter de leurs propres dépôts pour archiver et diffuser la production scientifique de leurs chercheurs. Ce guide montre ce qu'est une archive ouverte, à quoi elle sert et comment elle est enrichie.

Le contexte

  • Une Crise de l'édition scientifique avec le coût des abonnements aux revues de plus en plus élevé.

  • Une Volonté de la communauté scientifique de se réapproprier les résultats de sa recherche.

  • Une Initiative afin que les chercheurs puissent déposer directement et accéder aux publications.

Quelques chiffres

Nombre d'Archives Ouvertes recensées dans le monde / novembre 2017 :

Focus sur les archives ouvertes en France


Le portail HAL (Hyper Article en Ligne) est en France le principal point d'accès aux archives ouvertes. la recherche peut y être effectuée par portail, par discipline, par type de documents (thèses, articles...), etc.

Ce portail est la pierre angulaire du projet national BSN4 consacré aux archives ouvertes : « Il étudie et propose les grandes orientations traitant de l'ensemble des archives ouvertes signataires de la Convention, HAL et les archives institutionnelles ; il veille à la cohérence technique et scientifique entre ces différentes archives et propose différentes études à mener ».

Curtain of books, timtom.ch. Licence CC: BY-NC-SA.

Source : Flickr

Petit historique

  • 1991 : ArXiv.org, 1ère archive ouverte à l’initiative de Paul Ginsparg, physicien de Los Alamos.
     
  • 1997 : CogPrints, première archive ouverte en sciences cognitives, créée par Stevan Harnad.

  • 1999 : , à l’issue de la Convention de Santa Fe, l’Open Archive Initiative a élaboré le protocole OAI-PMH qui permet l’interopérabilité entre les archives ouvertes et ainsi faciliter la description et la diffusion des métadonnées d’articles scientifiques disponibles en accès ouvert sur l’Internet, notamment dans des archives ouvertes.
  • 2000 : Lancement de HAL hébergé par le Centre pour le Communication Scientifique Directe (CCSD).
  • 2002 : Déclaration de Budapest donnant une forte impulsion aux archives ouvertes et au libre accès aux connaissances scientifiques.
  • 2003 : Déclaration de Berlin : l’accès gratuit de revues à comité de lecture à tous les scientifiques, étudiants et esprits curieux est une avancée déterminante pour la recherche, l’enseignement de la communauté scientifique mondiale.
  • Juillet 2006 : en France, signature par les principaux organismes de recherche et les établissements d'enseignement supérieur et de recherche et la Conférence des Grandes Ecoles (CPU, CGE) d’un protocole pour une "approche coordonnée, au niveau national, pour l’archivage ouvert de la production scientifique".
  • 2007 : l’ANR incite les chercheurs à déposer dans HAL.
  • 2008 : Ouverture de HAL à l’Europe : Hprints. La CGE signe le protocole pour une plateforme nationale unique.
  • Avril 2010 : Proposition de loi aux Etats-Unis pour rendre obligatoire la diffusion, 6 mois après leur publication, des résultats de recherche financés par des agences fédérales.
  • Mai 2010 : Déclaration de l'Alhambra sur le Libre Accès. Réunis à Grenade les 13 et 14 mai 2010, en tant que groupe représentatif de parties intéressées au libre accès,  sociétés éditrices, bibliothèques, agences de financement, recteurs d’universités et auteurs) dans les pays du Sud de l’Europe (représentant l’Espagne, le Portugal, la France, l’Italie, la Grèce et la Turquie), recommande :

          1 - De mettre en œuvre des politiques encourageant le Libre Accès à l’information scientifique.
          2 - D’améliorer les actions de soutien en faveur du Libre Accès auprès des chercheurs, des décideurs politiques, etc.
          3 - De bâtir des modèles économiques alternatifs et durables pour  l’édition
          4 - D’assurer la qualité des publications en Libre Accès.
          5 - De favoriser les archives en Libre Accès.
(Source Inist : Libre accès à l'information scientifique et technique)

  • 2014 : le CCSD (support de HAL) devient une Unité Mixte de Service (UMS) avec comme tutelles en plus du CNRS : l'INRIA et l’Université de Lyon.

Le comité de pilotage est composé d’un représentant de chacune des tutelles, du MENESR, de BSN et du CCSD. Un comité scientifique et technique (CST) est créé.

  • 2015 : Déclaration de La Haye sur l’extraction des connaissances à l’ère du numérique :

"La Ligue des Bibliothèques Européennes de Recherche (LIBER) a lancé la Déclaration de La Haye sur l’extraction des connaissances à l’ère du numérique. Elle appelle la communauté à apporter son soutien en signant cette déclaration." (Source Inist : Libre accès à l'information scientifique et technique)

  • Octobre 2016 : Loi n° 2016-1321 du 7 octobre 2016 pour une République numérique :

L'article 30 énonce que l'auteur, avec l'acceptation des co-auteurs, est autorisé à diffuser en ligne la version finale de son manuscrit accepté pour publication dans un délai de 6 mois dans le domaine des sciences et techniques et 12 mois dans celui des sciences humaines et sociales. (lire l'article pour plus de précision)

Licence Creative Commons